Les véritables responsables des naufrages en Méditerranée

Publié le par MS21

Les véritables responsables des naufrages en Méditerranée

En matière d’émigration contrainte, chaque jour amène de nouvelles catastrophes et on compte désormais plus de 3000 noyés depuis le début de l’année 2015. Mais, au-delà de l’émotion que le MS21 tient à exprimer auprès des familles des victimes, il importe de rappeler les causes de ces mécanismes et de dénoncer les vrais responsables.

Il y a deux causes majeures aux mouvements migratoires de la période actuelle. La première est la guerre qui sévit, entre autres, en Syrie ou en Irak et la deuxième est la misère qui frappe surtout l’Afrique subsaharienne. Cette simple constatation suffit à prendre conscience de la terrible responsabilité que portent l’Union européenne et les Etats unis dans cette situation dramatique. L'action principale de l'UE est de renforcer les contrôles aux frontières, augmenter les crédits de la police, de l'armée et de "FRONTEX".

 

Car on pourra évidemment pointer le cynisme des passeurs ou celui de certains gouvernements européens qui - soulagés en réalité de ne pas devoir accueillir de nouveaux migrants - se renvoient les uns les autres la gestion lourde des conséquences de cette catastrophe. Mais ce serait oublier que la guerre a été menée à l’instigation des puissances occidentales pour satisfaire leur profit et qu’elle a laissé de vastes régions du monde en proie à une instabilité politique et à des tensions communautaires et religieuses qui s’apparentent maintenant de véritables guerres civiles. Pour la France, faut-il rappeler ici le rôle de Nicolas Sarkozy dans la guerre menée en Libye? Et celui de François Hollande qui voulait faire la guerre en Syrie aux côtés des terroristes de Al Nosra dont Laurent Fabius disait qu’ils faisaient « du bon boulot»? La réalité est donc que le gouvernement français envoie des armes aux djihadistes, ces « défenseurs de la civilisation» soutenus par les régimes islamistes de Turquie, du Qatar et d’Arabie Saoudite et qu’il défend en Syrie ceux qu’il a combattus au Mali. Que faut-il comprendre?

Ce terrible événement montre aussi, en matière commerciale, la nocivité de l’action conjointe des Etats-Unis et de l’Union européenne. Conformément aux règles de l’OMC, les pays africains doivent accepter l’importation de produits provenant de l’agriculture industrielle européenne ou nord-américaine, moins chers que ceux cultivés localement. Ailleurs, le néocolonialisme a remplacé les cultures vivrières par la culture des agro-carburants qui seront vendus sur le marché européen ou nord-américain. Ainsi les populations locales privées de ressources en sont réduites à prendre les plus grands risques dans l’espoir de trouver du travail hors de leurs pays.

N’oublions pas. Le capitalisme euro-atlantique a besoin de fomenter des guerres pour maintenir sa domination sur le monde et le néocolonialisme euro-atlantique a besoin du libre-échange pour écouler ses produits et pour trouver de nouvelles sources de matières premières. Tandis que François Hollande juge hypocritement que la question des noyades est insupportable, nous, citoyens, devons inlassablement expliquer les causes profondes de l’émigration contrainte et la très lourde responsabilité des États-Unis et de l’Union Européenne dans cette matière.

Publié dans actualité

Commenter cet article

Le pédagogue 04/09/2015 21:00

Le pédagogue :


En ce début du mois de septembre 2015, la publication par le quotidien britannique « The Independent », de la photo de la dépouille d’un enfant mort en mer, comme des milliers d’autres personnes qui tentent, depuis un certain temps déjà, d’atteindre d’autres rivages, semble avoir provoqué « une certaine émotion », face à « l’afflux des migrants ».
Depuis longtemps , bravant tous les dangers, des milliers de personnes, hommes, femmes, et enfants, fuyant les horreurs des pays d’origine, tentent d’arriver en Europe et d’y rester, en dépit de l’hostilité dont elles sont l’objet, et qui ne date pas d’aujourd’hui.
Ce « processus migratoire » ne cesse de mettre en relief certaines conséquences des méfaits du système colonialo-impérialo-sioniste qui a semé, et qui sème encore, l’oppression partout.
En arabe, les personnes qui prennent la mer pour atteindre l’Europe sont appelés « lhrraaga ».
Les « brûleurs ».
J’en ai déjà parlé, mais ce n’est pas la première fois que je reprends ce dont j’ai déjà palé.
Ce sont généralement des personnes qui tentent, à bord d’embarcations de fortune, de quitter l’Afrique (et des pays situés ailleurs) pour atteindre l’Europe la forteresse), où ils sont considérés, lorsqu’ils y arrivent (ce qui n’est pas toujours le cas), comme « clandestins » (émigration clandestine).
« Brûleurs » parce que avant de se lancer dans cette tentative d’atteindre des côtes européennes, ils brûlent tous les documents qui peuvent permettre de les identifier et donc de les expulser vers les pays de départ.
Des pays où sévissent des régimes fondés sur l’imposture, le crime, la trahison, la tromperie, la corruption, l’injustice, la perversion, la débauche, le mensonge, le pillage, l’oppression, l’exploitation, le viol, la torture, l’enfermement, la négation de l’être humain.
Avec ces régimes, pour les populations qui y subissent les horreurs, l’Afrique (ou des pays situés ailleurs) est un bagne, un continent où la merde gicle et dégouline de partout.
Nauséabonde.
L’esclavage a fait des ravages.
Le colonialisme n’a rien épargné.
Le système colonialo-impérialo-sioniste continue d’alimenter, d’entretenir et de répandre les ordures et la pourriture.
Les régimes mis en place par ce système, sont tenus de tout mettre en œuvre afin de servir les intérêts de leurs employeurs.
Ces employeurs, qui connaissent mieux que quiconque leurs employés et qui n’ignorent rien de leurs pratiques, savent qu’ils sont assoiffés de sang, d’argent et de vices, qu’ils sodomisent et massacrent des hommes, violent, méprisent, humilient et tuent des femmes, s’adonnent à la pédophilie et font disparaître des enfants.
Ce qui a été appelé « l’indépendance dans l’interdépendance », « la révolution » ou la fin de l’apartheid, n’a pas débarrassé les « indigènes » de l’asservissement, des persécutions, de l’oppression, de l’exploitation, de l’arbitraire, des enfermements, des tortures, des humiliations, des vexations, des injustices et autres.
Les criminels mis à la « tête » des « États » dits « indépendants » ont des comptes bancaires partout, des lingots d’or, des pierres précieuses, des bijoux de grande valeur, des fermes modèles, des haras, des propriétés immobilières sans nombre, des résidences dans les « grandes capitales » et au bord de « plages pour milliardaires », des palaces, des tableaux de peintres de renom, des cabarets, des boîtes de nuit, des salles de jeu, des restaurants, des voitures luxueuses, des avions, des bateaux.
Ils affament et détruisent avec l’appui de leurs employeurs, investissent dans les lieux de la débauche, se font livrer par vols entiers des débauchés dits stars, artistes et autres, des alcools et des drogues à profusion, des mets pour « civilisés » que les « barbares » ne connaissent même pas de nom, raffolent de sexe sans frontières et de partouzes.
Ils salissent et souillent tout, recourent à la dépravation, à la censure, aux usurpations, aux falsifications, aux trafics, aux trahisons, aux tromperies, aux tricheries, aux enlèvements, aux séquestrations, aux emprisonnements, aux supplices, aux liquidations, aux tueries, aux massacres et autres à des degrés inimaginables.
Les « empires coloniaux » ont peut-être disparu, mais pas les effets du colonialisme.
Le système colonialo-impérialo-sioniste a imposé à des populations entières de par le monde de chercher des moyens de subsistance dans des conditions, le plus souvent, atroces.
Beaucoup parmi elles, rurales, se sont trouvées dans des faubourgs de villes nouvelles coloniales, contraintes de s’adapter à des modes de survie dans des bidonvilles.
Ces populations ont connu la transplantation forcée dans leur pays d’origine, avant qu’elles ne soient poussées à le quitter parfois pour fournir la main d’œuvre, taillable et corvéable à merci, dont les métropoles avaient besoin.
Le processus migratoire ne peut pas être compris en occultant l’histoire de la transplantation d’êtres de sociétés rurales, d’êtres colonisés, maintenus dans l’ignorance, dépossédés, sans moyens, dans des sociétés industrialisées qui par de multiples mécanismes ont imposé et imposent leur domination.
Les pays d’Afrique (et d’autres pays ailleurs) restent pour les employeurs des réserves de matières premières et de main d’œuvre, des marchés pour tout écouler, des points stratégiques pour les militaires, des terrains d’expérimentations des armements, des lieux de pédophilie et autres « loisirs pour touristes », des dépotoirs multiples et variées et des décharges d’immondices.
Ces pays sont dotés d’une armée et d’une police très opérationnelles pour les oppressions et les massacres des populations.
À cet effet, le système colonialo-impérialo-sioniste leur vend les armes nécessaires et se charge de la formation.
Ces armes sont vendues au prix fort par ce trafiquant, qui alimente, oriente, entretient et contrôle les conflits armés entre ses employés.
Doté d’avions bombardiers des plus performants dans les exterminations, d’une flotte maritime pour les agressions, d’innombrables chars de carnage, de missiles, d’équipements militaires les plus récents, d’armements sophistiqués, d’armes nucléaires, le système colonialo-impérialo-sioniste répand la terreur.
Dans ce domaine, une certaine « préséance » est reconnue à la France en Afrique, qu’elle continue de considérer comme sa « chose ».
Depuis un certain temps, l’Europe ne veut plus que ces « hrraaga » émigrent pour atteindre « la forteresse ».
Elle fait tout afin d’empêcher leur venue, mais ces « brûleurs » sont décidés à tout faire pour s’évader du bagne des pays d’origine.
Ils n’ont rien à perdre.
Ils continuent de mourir pour fuir ce qu’ils ne peuvent plus supporter.
Afin de les contenir, l’Europe verse des sommes énormes à ses employés pour qu’ils usent de tous les moyens de rétention.
Par ailleurs, en plus des possibilités illimitées de chaque État d’Europe, l’Union Européenne a mis en place une force (Frontex) avec des avions, des hélicoptères, des navires et autres, destinés à renforcer « la forteresse ».
Mais rien n’arrête « lhrraga » :
Ni les naufrages au large de l’île italienne de Lampedusa et ailleurs qui ont entraîné la mort de centaines de personnes, qui s’ajoutent aux milliers d’autres naufragés dans la mer contrôlée par cette Europe où ils rêvaient de survivre plus décemment que « chez eux ».
Les criminels installés à la « tête » des « États » d’Afrique s’en foutent bien sûr.
Complètement, et recourent au pire.
Tout cela est noyé bien sûr.
Les imposteurs, à l’œuvre depuis des lustres, ont toujours usé d’une diarrhée verbale pour camoufler leurs crimes.
Des mots qui alimentent et entretiennent le faux.
Gonflés d’orgueil et d’arrogance, ils répandent leur diarrhée.
Ils donnent des leçons qu’ils ne s’appliquent pas à eux-mêmes.
Sèment les tromperies et toutes les horreurs selon l’étable de leur loi (les tables de leur loi).
Veulent imposer leur « Histoire », avec hache majuscule, pour décapiter la Vérité.
Ils font semblant de « s’offusquer » des effets de ce dont ils sont la cause.
Les coups les plus inimaginables sont montés.
Les manipulations les plus incroyables sont pratiquées.
Les mensonges les plus éhontés sont servis.
Les hommes, les femmes et les enfants qui continuent d’arriver en Europe(et ailleurs), ne sont pas différends de ce qui a été décrit il y a des décennies :
« Ils avaient le pas pesant, les bras ballants et la face effarée. Ceux qui s’arrêtaient pour les voir passer fermaient brusquement les yeux, en une minute de doute intense et subit, où l’origine et la fin conventionnelles de l’homme étaient vélocement révisées, les classifications des règnes et les métaphysiques mises à bas et échafaudées de nouveau comme un château de cartes sur leurs mêmes fondements et suivant la même systématique […] ils ouvraient les yeux : la faillite de la civilisation, sinon de l’humanité, qu’ils avaient vu défiler vêtue de fripes, ou, à tout le moins, des fripes emplies de néant » (Driss Chraïbi, Les Boucs, Paris, éditions Denoël, 1955, P. 26).

Melusine 23/04/2015 13:35

La responsabilité de l'Occident est énorme dans le drame qui se passe en Méditerranée.
Si, au lieu de s'approprier les richesses des PVD et de leur imposer notre système économique qui les détruit, nous les avions laissés, mieux aidés, à se développer à leur rythme et selon leurs besoins, nous n'en serions pas là !
A qui fera-t-on croire que ces migrants abandonnent leur pays et leur famille par plaisir, qui plus est , en sachant que ce qui les attend, au mieux en Occident , ce sont de sales boulots où ils seront surexploités et des conditions de vie misérables?
Les dirigeants politiques des principaux pays occidentaux se sont conduits en irresponsables pendant plusieurs siècles.
Vont-ils prendre conscience aujourd'hui de leurs responsabilités ?
Pourquoi faudrait-il réduire ce problème à l'aspect religieux? Le sens de l'Humain ne transcende-t-il pas toutes les religions?
Bien sûr que l' Europe n'est pas seule concernée par le problème sauf que c'est à nos portes que les migrants se présentent;

Patrick D 23/04/2015 11:47

Devrons nous Européens, porter seuls cette culpabilisation sur ces drames des emmigrants ,fuyants leurs pays d'Afrique?
C'est quand même curieux de voir cette vision ,que seuls les pays Européens ont le devoir de prendre en charge ce drame migratoire et de demander aux européens à la majorité chétienne de venir en aide à une culture différente que la notre.
Certes humainement, serions les seuls à avoir dans nos pensées et nos écrits cette bonté.?
Des pays musulmans comme la Tunisie, le Maroc, l'Algérie,et même l'Egypte n'auraient -ils pas cette bonté religieuse?
Des pâys plus riches que le notre comme ceux producteurs du pétrole ,n'auraient -ils pas ce devoir? et cette bonté religieuse?
Combien de temps faudra t-il penser que seuls les Européens ont la bonté planétaire .?

Patrick D 25/04/2015 15:25

Vouys avez sans doute raison Christian....je n'ai vu que des immigrants fuyants les pays d'Afrique à cause du fanatisme religieux et de la barbarie de certains dictateurs religieux remplaçant d'autres dictateurs politiques. je n'ai jamais songé que toute cette misére chassant ces Africains étaient dû au libre-échange que nous avons instaurés...j'espére que vous ne commandez jamais par internet ,car vous seriez coupable de leur destin. si cela vous fait du bien continuez de vous flageller en tant qu'occidental.
Dieu vous pardonnera.

Christian 23/04/2015 17:05

Oui les Etats-Unis et l'Union, européenne sont coupables de faire signer aux pays africains des traités de libre-échange, comme la Commission européenne est coupable de nous faire accepter les OGM à travers le traité TAFTA qu'elle veut signer avec les Etats-Unis. Nous sommes loin de la religion. Les pays africains n'ont que faire de notre bonté, ils voudraient seulement qu'on les laisse en paix!

marire 23/04/2015 10:45

Je suis d'accord avec cette analyse: beaucoup d'économies d'Afrique ont été bousillées par le libre-échange. Les migrants ne prendraient pas ces risques s'ils pouvaient vivre dans leur pays.
D'autre part, ces dernières semaines ont montré que les passeurs au départ de Lybie sont des trafiquants qui ont fleuri dès le décès de Khadafi: la France en a une lourde responsabilité. Sarkozy est intervenu pour se protéger sans se soucier des conséquences.

Michou37 23/04/2015 10:24

Aujourd'hui , réunion à Bruxelles pour parler de ce dramatique problème des migrants. Que vont dire et faire nos gouvernements ? Déjà ils pensent à une "action militaire" pour couler les bateaux des passeurs !

Léone 23/04/2015 21:41

Oui, c'est une honte. Jamais les vraies responsabilités ne sont pointées. Les pays occidentaux ont affamé l'Afrique et déstabilisé le moyen orient aujourd'hui en plein chaos.
Merci pour cette analyse qui ne se cantonne pas à "l'humanitaire" ( quand bien même il en faut) mais cherche la cause des causes.