Un moment de vérité pour l'Europe

Publié le par MS21

Nous reproduisons  le communiqué envoyé par Tasos Koronakis, Secrétaire du Comité central de la SYRIZA, qui en appelle au soutien de tous dans leur combat

Nous reproduisons le communiqué envoyé par Tasos Koronakis, Secrétaire du Comité central de la SYRIZA, qui en appelle au soutien de tous dans leur combat

Moment de vérité pour l'Europe

 

Athènes, le 18 mai 2015,

 

Chers amis,

 

Après presque quatre mois de négociations intensives, nous avons atteint un moment de vérité pour notre projet européen commun. Le gouvernement dirigé par SYRIZA fait de son mieux pour parvenir à un accord honorable avec ses partenaires européens et internationaux respectant à la fois les obligations de la Grèce en tant qu'Etat membre-européen, mais aussi le mandat électoral du peuple grec.

 

Le gouvernement dirigé par SYRIZA a déjà entamé une série de réformes qui s'en prennent à la corruption et à l'évasion fiscale généralisée. Les dépenses sont freinées et les recettes fiscales collectées dépassent les attentes, permettant d'atteindre un excédent budgétaire primaire de 2,16 milliards( janvier-avril 2015), bien supérieur à l'estimation initiale d'un déficit de 287 millions. Parallèlement, la Grèce a honoré toutes les obligations de sa dette avec ses ressources propres -cas unique parmi les Nations européennes- puisque tout versement de fonds a été coupé depuis août 2014.

 

Quatre mois de négociations épuisantes ont passé, durant lesquels, systématiquement, les créanciers de la Grèce ont tout fait pour contraindre le gouvernement dirigé par SYRIZA à appliquer l'exact programme d'austérité rejeté par le peuple grec aux élections du 25 janvier. L'asphyxie de liquidités orchestrée par les institutions a conduit à une situation critique pour les finances du pays, rendant insupportable le service des titres de créance à venir.

 

Le gouvernement grec fait de son mieux pour parvenir à un accord, mais les lignes rouges - ayant à voir avec des excédents primaires durables et réalistes, la restauration des contrats collectifs et du salaire minimum, la protection des travailleurs contre les licenciements massifs, la protection des salaires, des pensions et du système de sécurité sociale contre de nouvelles réductions, l'arrêt des privatisations à prix bradé, etc – doivent être respectées. La souveraineté populaire et les mandats démocratiques doivent être respectés. Il ne faut pas confondre la patience et la bonne volonté du peuple grec avec la propension à céder à un chantage sans précédent. La démocratie européenne ne doit pas être asphyxiée.

 

La période est cruciale; nos partenaires européens doivent faire preuve de volonté politique pour surmonter l'impasse actuelle.

 

Cet appel n'est pas seulement un appel à la solidarité, c'est un appel au respect des valeurs européennes essentielles.

 

Dans ce cadre, SYRIZA appelle tous les acteurs sociaux et politiques, progressistes et démocratiques, conscients du fait que la lutte de la Grèce ne se limite pas à ses frontières nationales, mais qu'elle est une lutte pour la démocratie et la justice sociale en Europe.

 

Dans ces moments critiques, nous appelons à des actions de solidarité sociale et politique allant de l'organisation de rassemblements et de campagnes de sensibilisation à travers l'Europe, à des initiatives institutionnelles dans les assemblées locales, régionales et nationales et des déclarations individuelles ou collectives de soutien aux efforts de la Grèce pour faire passer le paradigme européen d'une austérité désastreuse à un nouveau modèle de croissance durable.

 

Votre soutien est d'une importance capitale, non seulement pour le peuple grec, mais aussi pour l'avenir de l'idée européenne.

 

Avec nos meilleures salutations,

 

Tasos Koronakis,

Secrétaire du Comité central de la SYRIZA

 

Pour plus d'informations, voir la dernière déclaration du Secrétariat politique de SYRIZA :

http://tinyurl.com/o892gmt

 

 

commentaire et position du MS21:

 

La situation de la Grèce est très préoccupante, nous soutenons la lutte du gouvernement dirigé par SYRIZA face aux exigences des institutions européennes.

Nous sommes touchés par cet appel à notre solidarité et ferons notre possible pour y répondre .

 

 

Nous respectons entièrement les choix de SYRIZA et du peuple grec qui a exprimé démocratiquement sa volonté de retrouver sa souveraineté, de même que nous respectons la forme politique qu'il donne à  sa lutte dictée par l'urgence et la nécessité.

 

Ce qui se passe en Grèce démontre, si cela était encore nécessaire, que la construction de l'Union européenne est une affaire de technocrates et de capitalistes qui n'ont jamais pris en considération l'intérêt des peuples, pire, qui se servent de cet instrument pour revenir sur les acquis sociaux et imposer aux peuples européens des politiques d'austérité favorables au patronat. Depuis le début, depuis le traité de Rome, la démocratie est bafouée. Les peuples ne sont pas consultés et lorsqu'ils le sont, leur vote est ignoré comme en 2005 en France et aux Pays-Bas.

 

Après les élections en Grèce le 25 janvier, le Président de la Commission européenne a été très clair :

« Dire que tout va changer parce qu’il y a un nouveau gouvernement à Athènes, c’est prendre ses désirs pour des réalités.

Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens. »

 

Pour le MS21, comme pour des économistes de plus en plus nombreux la lutte contre les politiques d'austérité, pour la défense des services publics et de l'emploi, passe par la sortie de la zone euro et de l'Union européenne.

 

Publié dans actualité

Commenter cet article