Les violences policières occultent le débat politique sur la loi travail

Publié le par MS21

Les violences policières occultent  le débat politique sur la loi travail
Les violences policières occultent  le débat politique sur la loi travail
Les violences policières occultent  le débat politique sur la loi travail

La mobilisation le 28 avril contre la loi travail n'a pas faibli. La réponse du gouvernement s'est caractérisée par d'innombrables violences policières à Paris, Rennes, Marseille, Nantes. Le récit de ces violences, en boucle dans les médias, éclipse ainsi le débat politique contre la loi El Khomri. Le gouvernement parle de casseurs organisés pour expliquer et justifier l'usage par les forces de l'ordre des flashballs et autres grenades de dispersion. Mais qui dit « organisés » dit aussi « organisations ». Nous attendons du gouvernement qu'il en dise plus sur ces mouvements de « casseurs organisés » qui se manifestent de manière semble-t-il « concertée » dans de multiples villes françaises.

 

Plutôt que de s'en prendre à ces bandes, la police procède à des arrestations arbitraires de militants et pratique ainsi des mesures d'intimidation à leur encontre. A Paris, un militant syndical Sud rail et un enseignant-chercheur en sociologie à l'Université Paris 8, syndiqué à la CGT, sont frappés et placés en garde à vue avant d'être jugés par le tribunal de Bobigny.

 

Le MS21 condamne cette stratégie gouvernementale pour faire passer en force la loi travail qui s'illustre par de nombreuses régressions en terme de droits collectifs et de conditions de travail. Il apporte son soutien aux militants arrêtés et demande au gouvernement leur libération immédiate.

Publié dans Brève d'actu

Commenter cet article

naïfde2èmezone 22/05/2016 22:06

retrait de la loi "précarité du travail" 100% kk !!

linaura5 30/04/2016 23:15

c est révoltant... CEUX QUI ONT DU TRAVAIL PERSÉCUTENT CEUX QUI SE BATTENT POUR LE TRAVAIL... bondieu... mais c est quoi cela???
la vérité est que la police fait ce que la loi interdit et ne fait ce que la loi demande...
QUI DIRIGE CETTE CATASTROPHE???