Affaire Maryam Pougetoux

Publié le par MS21

Audition de Maryam Pougetoux à l'Assemblée Nationale

Audition de Maryam Pougetoux à l'Assemblée Nationale

                                               Affaire Maryam Pougetoux

                      Harcèlement islamophobe ou résistance à l'islamisme ?


Maryam  Pougetoux, vice-présidente du syndicat étudiant UNEF, fait l'objet de vives critiques du fait de ses attributs vestimentaires qui la distinguent nettement de celles de la quasi-totalité des représentants syndicaux. Elle arbore régulièrement un voile islamique très ostentatoire, un hijab proche de celui que doivent porter les femmes iraniennes depuis la révolution islamique de 1979. Il lui est reproché de faire un prosélytisme déguisé en faveur d'une vision rigoriste de l'Islam sous couvert de liberté vestimentaire. Maryam Pougetoux nie en bloc ces accusations et se défend de faire de la politique par ce biais.
Ces polémiques ont récemment pris une tournure encore plus virulente. L'UNEF a été invitée à une audience d'une commission parlementaire qui voulait mesurer et prévenir les effets de la crise de la COVID-19 sur les enfants et la jeunesse. La Présidente de l'UNEF, empêchée, a été remplacée au denier moment par la vice-présidente Maryam Pougetoux. Avant le début des travaux, le député LR Pierre-Henri Dumont fait un « rappel au règlement » au cours duquel il s'oppose à ce « choix d’enfreindre le principe de laïcité auquel doit s’astreindre notre assemblée ». Il porte l'accusation d'une « démonstration communautariste »,  dénonce une « attaque préméditée » et annonce la décision des députés LR de quitter la salle. L'élue LREM Anne-Christine Lang leur emboîte le pas peu après.
A gauche de nombreuses voix se sont élevées pour s'indigner de cet ostracisme présumé, à l'image de David Guiraud, porte-parole jeunesse de la France Insoumise tweetant : « Mais vous ne vous arrêterez jamais de détester les femmes voilées en fait ? Il faut quoi, qu’elles disparaissent ? Des députés préfèrent DÉSERTER une commission d’enquête sur les effets de la crise du COVID-19 sur les jeunes, plutôt qu’écouter une syndicaliste voilée !! ». Il faut cependant remarquer l'exception notable de Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT qui a déclaré sur l'antenne de Public Sénat : « La République est laïque et tous les symboles de la République doivent respecter la laïcité. On aurait dû discuter sur les conditions de sa venue. Il y a le droit de pratiquer, mais la laïcité reste essentielle dans notre pays. »
Le MS21 souhaite dénoncer les confusions autour du concept de laïcité qui se sont encore exprimées autour de cette affaire et en préciser les véritables enjeux politiques.

Les élus ayant « boycotté » Maryam Pougetoux ont juridiquement tort...

En effet, ni le règlement de l'Assemblée Nationale, ni les principes fondamentaux de la laïcité n'imposent à Maryam Pougetoux la neutralité vestimentaire dans le cadre de son audience à l'Assemblée Nationale. Dans cette enceinte, seuls les élus sont soumis (depuis peu) à l'interdiction du port de signes religieux ostensibles, d’un uniforme, ou de vêtements avec logos ou slogans politiques.
Sur le plan des principes laïcs, seuls les agents publics sont soumis à la neutralité (sphère de l'autorité publique), ce qui n'est pas le cas de Maryam Pougetoux, représentante de la société civile.
L'initiative des députés « boycotteurs » est ainsi ambiguë, et pourrait être interprétée dans un sens liberticide rappelant la volonté de certains mouvements de droite et d'extrême-droite de vouloir imposer le principe de laïcité à la sphère de la société civile.
Néanmoins, il nous semble que la démarche de ces députés n'est pas dépourvue d'une certaine pertinence politique.

...mais ils ont politiquement raison

En effet, cet épisode n'a pas lieu n'importe où, mais dans l'enceinte de l'Assemblée Nationale, le lieu emblématique de la construction de la loi par les représentants du peuple. Et le principe philosophique de la laïcité veut que la loi ne soit élaborée que par le seul outil de la raison. Autrement dit, quand on participe peu ou prou à la réflexion  préalable à l'élaboration d'une loi, il faut laisser au vestiaire ses appartenances et ses croyances et surtout ne pas les afficher de façon ostentatoire. Pour avoir méconnu ce principe - et pour aucune autre raison évidemment - Mme Maryam Pougetoux n'était pas légitime pour être auditionnée, dans ce lieu, par une commission d'enquête parlementaire.

Si Maryam Pougetoux est dans son bon droit, juridiquement parlant, il est permis de s'interroger sur  ses motivations politiques. Est-il vraiment innocent, pour un responsable syndical, de porter en permanence un voile peu discret et très connoté « Frères Musulmans » ? Il ne faut jamais oublier que Maryam Pougetoux représente l'ensemble des syndiqués de l'UNEF, dans leur diversité d'opinions politiques, philosophiques et confessionnelles. Elle devrait aussi porter de façon cohérente les convictions censées être progressistes et sociales d'un syndicat tel que l'UNEF.
Il s'avère, hélas, que l'UNEF a pris depuis quelques années un virage politique qui l'éloigne de ses valeurs. L’UNEF est un syndicat de gauche historiquement féministe et laïc. En 2013, l'UNEF s'était prononcé contre le port du voile à l'Université. Depuis lors, l'UNEF s'est repositionné idéologiquement sur un modèle communautariste : promotion des activités non-mixtes, alliance avec les Etudiants Musulmans de France, opposition aux pièces de théâtre « Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes » et « Les Suppliantes », dénoncées comme racistes... Ainsi, l'UNEF pratique clairement un prosélytisme déguisé en faveur des thèses communautaristes.

Le MS21 appelle, en conséquence, tous les militants progressistes à combattre fermement toutes les dérives communautaristes, sans se laisser intimider par des accusations de racisme ou d' « islamophobie ».

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Ils ont "raison politiquement" ??? Et depuis quand c'est à un parti politique de décider quel représentant doit envoyer un syndicat ? Pourquoi ne pas décider de sa ligne aussi ??
On peut déplorer l'évolution de l'UNEF mais c'est aux adhérents de régler ça, pas aux députés. Si ceux-ci invitent des organisations pour recueillir des points de vue AVANT d'élaborer la loi (élaboration à laquelle il est spécieux de dire que les auditionnés participent alors qu'ils n'ont pas la moindre parcelle de souveraineté), ils doivent le faire en respectant le pluralisme et l'indépendance syndicale. En ne le faisant pas, ce sont eux qui violent la constitution (art.6 du préambule de 1946) et non pas Mme Pougetoux.
Répondre
V
Je pense que vous ne prenez pas le problème par le bon bout. Il ne faut pas se placer sur un plan spirituel. Il est très difficile de séparer croyances et convictions, de la raison. Je suis croyante, ma raison et ma foi sont en accord. Par exemple, ma foi est l'un des moteurs qui me motivent dans mon action politique - d'un point de vue spirituel. Dans ce cas de figure, il n'est d'ailleurs même pas besoin de faire référence à un quelconque système spirituel ou religion.

Par contre, et là je vous rejoins, il convient de repérer l'éventuel agenda politique qui viendrait se cacher dans les habits de la religion. On a souvent des surprises ! Et pas toujours bonnes non plus.
Le port du voile est très variable selon les pays musulmans, il n'est pas uniforme. La façon de le porter dit beaucoup de la conception de l'islam que la "porteuse" peut avoir... ce n'est pas anodin. C'est sur ce point qu'il faut s'interroger.

J'ai vécu dans des pays musulmans, au Moyen-Orient. C'était connu que le salafisme veut la conquête du monde par leur idée de l'islam - qui n'est pas l'islam en général - une idée rétrograde et rigoriste, celle des wahhabites d'Arabie Saoudite. Les premières victimes en seront les musulmans et surtout les femmes parmi elles.

Voir des organisations de "gauche" (pour ce que ça peut vouloir dire...) défiler derrière les mêmes salafistes, c'est navrant. Ces organisations sont pathétiques et d'une naïveté incroyable. Sous couvert de multiculturalisme, il faudrait alors tout accepter ? Ben non.

Je vous rejoins aussi dans la description faite de l'UNEF. Il semblerait que ce syndicat étudiant, fort différent de ce que j'ai pu connaitre quand j'étais en fac, il y a 30 ans de cela, ait été noyauté par les indigénistes, lesquels ont déjà pris la FI, par exemple.

Le combat pour la laïcité est aussi un combat pour le social. Car la nature ayant horreur du vide, l'on voit bien que là où la République sociale recule, ce sont les communautarismes les plus agressifs qui prennent la place et comblent ce vide. Et pas pour le meilleur...
Répondre
M
Bonsoir Vinnie,
Merci pour votre message. Vos idées sont très proches des nôtres et cela nous conforte dans notre combat pour la laïcité. Vous dites : "Le port du voile est très variable selon les pays musulmans" ce qui est parfaitement juste mais la France n'est pas un pays musulman, c'est un pays laïque ... voici une vingtaine d'années on voyait très peu de jeunes filles voilées et maintenant ça explose ! Pourquoi ce besoin d'afficher ainsi son appartenance à une communauté ou à une religion ? comment l'expliquer ? la plupart y sont sans doute contraintes...Et on peut voir derrière cela une intention politique : imposer la loi religieuse à la place de la loi républicaine.
M
Comment pouvez vous dissocier la raison de vos croyances et convictions ? Quelle conception de l'humain avez vous là ? Croyez vous qu'un croyant (de qq conviction que ce soit, religieuse ou pas) ne puisse pas être en même temps mû par son engagement (socialiste par exemple) et conscient qu'il participe en raison à la construction de l'intérêt général ?
Pourquoi pensez vous que cette femme voilée veut faire du prosélytisme ? Pourquoi ne pas l'entendre d'abord avant de supposer cela ? On ne doit pas méconnaître les stratégies politiques des islamistes, et il faut exercer sa vigilance politique à ce sujet, mais on ne peut présupposer à priori qu'un voile implique toujours cela. Il y a tellement de motivations différentes, y compris sincèrement spirituelles.
Et puis, pourquoi ne pas faire le pari que notre société de liberté conduit à transformer la signification du voile (par ex. choix individuel spirituel, ou révolte d'une ado contre ses parents), tout comme la société d'imposition en Iran conduit les femmes à vouloir s'en libérer.
Répondre
M
Bonsoir Martine,
Vous dites :" Pourquoi pensez vous que cette femme voilée veut faire du prosélytisme ?"
Cette personne n'est pas une femme "ordinaire" , c'est une responsable syndicale ! Qui plus est d'un syndicat laïque ! Cela ne peut que semer la confusion chez les adhérents et chez tous les citoyens.
Vous dites aussi : "On ne doit pas méconnaître les stratégies politiques des islamistes" Justement ils sont très habiles, ils font de l'entrisme dans les syndicats, dans les associations, partout où ils le peuvent....en commençant par imposer le voile aux très jeunes filles .
D
J'ai connu l'époque où tout le monde ou presque allait à la messe et les femmes devaient toutes porter le voile. Faisaient-elles pour autant du prosélytisme religieux en faveur de la religion catholique ? Certainement pas ! Elles ne faisaient que se soumettre aux ordres des hommes et particulièrement à ceux qui portaient la robe... Aujourd'hui tout le monde se soumet au port du masque. Est(-ce à dire que nous fassions du prosélytisme pour la macronie? Serons nous obligé de le prier sinon de foutre le camp. Et si on y regarde de près, ce personnage et les personnages douteux qui l'entourent donnent tous les signes que leur gouvernance est fasciste... Devrons nous l'être aussi. Allo maman, BoBos, il y a d'autres combats, y compris en matière de laïcité que s'attarder sur un fichu sur la tête qui serait signe de mauvaises intentions !
Répondre
M
Non, le voile islamique n'est pas un simple fichu comme celui que portait ma grand-mère. Ce n'est pas un simple morceau de tissu. Les islamistes qui l'imposent à leur femme et à leurs filles ont un projet politique qui consiste à faire admettre que la loi religieuse est au-dessus de toutes les autres lois, en particulier celles de notre République laïque.
G
Concrètement la seule chose qui voile son visage c'est ce masque qui est obligatoire aujourd'hui... vous n'avez rien à dire sur ce que cette demoiselle aurait pu avoir à dire sur un sujet qui est peut-être plus important que sa tenue vestimentaire.
L'islamisme ce n'est pas une femme qui choisit de s'habiller en fonction de sa foi et qui, comme vous le soulignez, était dans droit. L'islamisme c'est celles et ceux qui vont forcer des femmes ou des hommes à pratiquer une foi à laquelle ils ne croient pas. Je me battrai contre ça avec vous. Mais ici il s'agit d'un pur procès d'intention, rien dans votre article n'indique que cette demoiselle ait l'intention de forcer des gens à respecter la charia. Et encore une fois la charge est dirigée contre une femme... la barbe est aussi un signe religieux en fait, et en général les islamistes, les vrais, sont des hommes, mais vous n'aurez pas assez de courage pour les dénoncer.
Répondre
M
Oui, c'est une femme mais la question n'est pas là. C'est une responsable d'un syndicat laïc et c'est cela que nous dénonçons. Si un homme, responsable CGT, CFDT ou UNEF ou autre .. était venu à cette réunion en exhibant des signes ostensibles de sa religion nous l'aurions dénoncé de la même façon.