Les média face à Cuba

Publié le par MS21

Les média face à Cuba

Les médias officiels ont largement commenté les manifestations d’opposants qui ont eu lieu dans plusieurs villes de Cuba le 11 juillet dernier, leur consacrant de nombreuses colonnes et un temps d’antenne important.
Quelle belle occasion pour eux de dénigrer Cuba !

Il est vrai que ce jour-là de nombreux citoyens cubains sont descendus dans les rues pour protester contre les pénuries alimentaires, la chèreté de la vie, les coupures d’électricité, pour crier leurs difficultés quotidiennes. Approximativement à la même date, le gouvernement cubain lançait un appel à manifester pour défendre la Révolution et cet appel a é largement entendu.

Comment interpréter ces manifestations apparemment contradictoires ?

De fausses informations

Plusieurs médias dont le Financial Times, Fox News, le New York Times et le Guardian, ont utilisé une photo d’un rassemblement pro-gouvernemental pour illustrer leurs articles sur les manifestations anti-gouvernementales, affirmant à tort que les énormes foules étaient du côté des États-Unis.

De nombreuses photos bidonnées ont circulé sur les réseaux sociaux : une photo du 1er mai à La Havane datant d'il y a quelques années qu'on fait passer pour une manifestation actuelle contre le gouvernement ; une mobilisation qui s'était déroulée à Alexandrie le 11 février 2011 après la chute du régime d' Hosni Mubarak en Egypte que l’on attribue à une actuelle protestation de milliers de Cubains sur le Malécon de la Havane ; des montages de photos de blessés ensanglantés dont aucune ne vient de Cuba ; un défilé daméricano-cubains à Miami pour soutenir les rebelles cubains situé délibérément à la Havane.

Le bruit a même couru que Raúl Castro s'était enfui au Venezuela et cette information a dû être démentie car la photo diffusée était celle de son arrivée à un sommet qui s'est déroulé au Costa Rica en 2015 !

« Le Monde » champion de la désinformation

Le Monde , grand journal de rérence français, dans son numéro paru le 28 juillet 2021 ne dit pas un mot de l’attentat terroriste perpétcontre l’ambassade de Cuba à Paris dans la nuit du 26 au 27 juillet ! Par contre ce même jour, il publie un article titré : « La révolution cubaine est aujourd’hui à bout de souffle » ( Voir en annexe )

La journaliste qui rédige cet article signe « courageusement » sous le pseudonyme Thésa Bond ...Elle a sans doute raison de craindre de violentes critiques vu la teneur de ses propos. D’après son article, Cuba n’a pas un gouvernement mais est dirigé par un « gime » ( comme la Chine, la Russie, la Syrie...), un gouvernement étant sans doute obligatoirement démocratique et bienveillant tandis qu’un « gime » est dictatorial, brutal, répressif. Quand elle parle de la révolution cubaine elle n’oublie pas de mettre des guillemets : une « volution » à bout de souffle ! « Les mythes qui lui sont associés ont sans doute vécu » ajoute-t-elle. Autres expressions utilisées pour dénigrer ce pays « la nomenklatura »,  « les livrets de rationnement », « la propagande triomphaliste du journal télévisé »  « des vaccins non homologués à l’efficacité inconnue... » Elle ajoute même que « les meilleurs médecins cubains ont éenvoyés à l’étranger » semblant sous-entendre que les cubains sont soignés par leurs médecins les moins compétents.

Bref, madame Thésa Bond nous décrit par le menu les mille misères que supportent les Cubains : pénuries d’aliments – ils ont faim !- pénuries de produits de base, pénuries de médicaments et de masques aggravant l’épidémie Covid.

Que veut donc démontrer cette journaliste ? Rien de nouveau : il s’agit de bien faire entrer dans la tête des gens que tous les pays socialistes ont échoué, que le régime cubain n’est pas plus viable que celui de l’URSS et que sa fin est proche. A partir de là, n’est-il pas suggéré que les systèmes socialistes ayant démontré leur inefficacité, il n’y a pas d’autre alternative que de se soumettre au capitalisme ?

L’embargo, principale cause de cette situation catastrophique

Ce qui est très surprenant c’est que Mme Térésa Bond semble ignorer la principale cause de cette situation en effet dramatique pour le peuple cubain.
Pas un mot sur l’embargo que subit Cuba, blocus illégal imposé depuis 60 ans par les États-Unis, encore renforcé par Donald Trump lequel, de plus, juste avant son départ, a inscrit Cuba sur la liste des pays soutenant le terrorisme !

En quoi consiste cet embargo? Cet embargo est à la fois économique, commercial, financier et extra-territorial car il s’applique non seulement aux entreprises cubaines et états-uniennes mais aussi à celles de tout autre pays...

Si une entreprise fait du commerce avec Cuba elle s’expose à des sanctions : elle ne pourra plus commercer avec des firmes états-uniennes ni travailler aux États-Unis. Pour conserver ses agences aux États-Unis, BNP Paribas a dû payer une très lourde amende en 2015 pour avoir commercé avec des pays sous embargo, dont Cuba. Autre exemple : l’entreprise Berliet a dû cesser sa coopération avec Cuba dans les années 1970 car les aciéristes français achetaient du nickel cubain et vendaient leurs aciers spéciaux en Amérique du Nord. Les États-Unis ont refusé les aciers français pour cause de présence de nickel cubain, alors la France a cessé d’acheter le nickel cubain. La balance commerciale France/Cuba se trouvant déquilibrée, Cuba a dû mettre fin à ce projet d’envergure. Il est interdit aux pays sous embargo d’effectuer des transactions en dollars américains. C’est ainsi que PostFinances et les banques suisses ont l’interdiction de transférer des fonds de Suisse vers Cuba. Les sanctions américaines empêchent Cuba d’importer la matière première dont elle a besoin pour augmenter la production de ses vaccins anti-COVID. L’île souffre également d’une pénurie de seringues ce qui signifie qu’elle ne peut même pas vacciner complètement ses propres citoyens. Le blocus a aussi empêché de réaliser des transferts d'argent pour que la Suisse vende des respirateurs à Cuba.

Les États-Unis ont ouvertement et continuellement déclaré que l’objectif de l’embargo est de détruire l’économie cubaine afin que le gouvernement s’effondre.

Soutien des USA aux rebelles

Le lobby anti-castriste de Floride, en particulier, ne désarme pas. Le maire de Miami, Francis Suarez, a exigé que les États-Unis interviennent militairement, déclarant à Fox News que les États-Unis devraient mettre sur pied une coalition d’action militaire potentielle à Cuba. Pendant ce temps, le député de Floride Anthony Sabbatini a appelé à un changement de régime sur l’île.

Les cubains savent que la Maison Blanche finance les opposants cubains via des ONG comme USAID et la NED (2).

Le Président Joe Biden a écrit le 12 juillet : « Nous sommes aux côs du peuple cubain » ce à quoi plus de 400 militants, intellectuels, scientifiques et artistes de premier plan lui ont répondu dans le New York Times que « si c’est vraiment le cas il suffit de reprendre l’ouverture initiée par Obama et commencer le processus de fin de l’embargo, signer immédiatement un décret pour annuler les 243 mesures coercitives de Trump ».(3)

Soutien international au peuple cubain

Depuis 1992, tous les ans, l’Assemblée générale de l’ONU vote une résolution demandant la levée de cet embargo. Lors du dernier vote du 23 juin, 184 pays ont voté pour et 2 ont voté contre. Lesquels ? Israël et les Etats-Unis !

Le ministère russe de la Défense a annoncé le 24 juillet l’acheminement d’une importante aide humanitaire au profit de Cuba. La Russie n’est pas le seul pays à porter assistance à Cuba. Le Vietnam a fait un don de 12 000 tonnes de riz. Le Mexique aussi apporte son aide...

Le MS21 s’élève contre cette désinformation constante de la plupart des médias officiels concernant Cuba et condamne fermement cet embargo illégal dont la seule raison est idéologique : la haine du socialisme - et du communisme - et la peur que ces idées qui progressent aux États- Unis n’y deviennent un jour majoritaires.

 

Notes

1) Note de Presse de l’Ambassade de la République de Cuba en France.
Dans la nuit du 26 au 27 juillet, l’Ambassade de Cuba en France a été l’objet d’une attaque terroriste perpétrée par deux individus qui ont lancé trois cocktails Molotov, en provoquant un incendie sur la façade et l’entrée de cette Mission diplomatique. Le personnel diplomatique cubain n’a pas é blessé, mais des dégâts matériels ont é constatés.

(2) USAID : United States Agency for International Development .

NED : National Endowment for Democracy
Ces deux associations soutiennent et financent les opposants dans les pays qui ne s’alignent pas sur la politique de Washington.

(3) Laissez vivre Cuba : Lettre ouverte au Président Biden

https://www.letcubalive.com/


Annexe : l’article du Monde :

Les média face à Cuba
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Alain Hepp 02/09/2021 18:24

on trouve un article en 2015 sur les dissidents cubains signé Thérésa Bond dans Le Monde .fr